Initiatives Océanes - Mahanoro, Madagascar

À nos jours, la problématique des déchets s’impose d'une manière de plus en plus inéluctable et elle nous concerne tous, car toute matière non-biodégradable produite par l'homme qui entre dans le cycle de l'eau ou de l'air de notre planète n'y rencontre quasi aucune limite de diffusion, causant souvent des dommages très néfastes, et pour l'équilibre écologique et pour la santé publique. L'organisation non-gouvernementale Surfrider Foundation Europe, sise en France, se bat maintenant depuis 23 ans pour une conscientisation citadine plus large au sujet de la pollution maritime. Les grands nettoyages des plages et ceux des bords de fleuve et de rivière qu'elle organise chaque printemps, entrent dans ce cadre (le projet s'intitule « Initiatives Océanes », voir www.initiativesoceanes.org ). L'ONG Jade, sise à Toamasina, y a également participé cette année-ci en faisant lui-même appel aux collégiens et écoliers de la ville de Mahanoro (chef lieu du district homonyme qui se trouve à une distance d'environ 280 kilomètres au Sud de Toamasina) pour la simple raison qu'il s'agit là, d'une part, des décideurs de demain et parce que, de l’autre, ils sont et ils seront les premiers concernés d'une pollution qui n'a pas arrêté de s'accumuler dans les zones littorales du monde depuis le début de l'ère industrielle (et elle continue de le faire à un rythme de plus en plus effréné).

Notre collaboration avec l'ONG Surfrider Foundation Europe a existé depuis 2009 et elle perdure jusqu'à aujourd'hui. Par ailleurs, en 2013, le projet a eu lieu dans la ville de Foulpointe, station balnéaire à 60km au nord de Toamasina, et il y fut aussi bien accueilli par la population locale que durant les autres années dans la « capital de l'Est ». L’édition de 2016 à Fénèrive-Est (à 100 kilomètre au Nord de Toamasina) était la deuxième qui s'est déroulée en dehors de Toamasina, et celle de l’année dernière à Vatomandry en était la troisième. Celle-ci a eu lieu dans la ville de Mahanoro et c’était donc la quatrième s’étant déroulée en dehors de la ville de Toamasina, le siège social de l’ONG Jade.

  • faire connaître, auprès de la jeunesse de Mahanoro, les effets néfastes des déchets non- biodégradables sur le littoral ;
  • nettoyer une partie de la plage municipale afin de la retransformer en son état « naturel » (dont les effets positifs se feront ressentir par les habitants et aussi par les touristes, lesquels côtoient ensemble cet endroit).
  • faire connaître certaines méthodes de recyclage du plastique en offrant une séance d’information et de pratique, pour tous les intéressés.

  • faire connaître l'ONG ainsi que ses activités auprès de la population de Mahanoro ;
Pour cette édition, l'ONG Jade s'est adressé à plusieurs écoles de la ville de Mahanoro (durant une descente de reconnaissance, en fin mars 2018) en leur demandant de mettre à leur disposition au moins une classe par établissement. Toutefois, la participation des différents groupes de collégiens et d’écoliers ne s'est pas limitée à leur implication physique durant le nettoyage de plage, le 20 avril de cette année-ci, mais elle fut complétée par une conscientisation verbale et audio-visuelle (par une vidéo-projection sur les effets néfastes de la « plastifications des eaux » au début du nettoyage). En dehors des élèves (et de leurs accompagnateurs), le projet a été rejoint par d’autres associations œuvrant dans la protection de l’environnement et l’implication des jeunes, basées à Toamasina : Varecia (l'association des étudiants de l'ISSED, une branche de l'Université de Toamasina) et par l’entreprise sociale UJA (Union des jeunes agriculteurs). Nota bene : la séance audiovisuelle s’est déroulée dans la salle d’œuvre de la Mission catholique de Mahanoro, laquelle a bien voulu la mettre à notre disposition, à cet effet.
Vu la distance entre Toamasina et Mahanoro qui est de presque 300 kilomètres (soit 7 heures de temps en taxi-brousse), les 5 membres de l'ONG Jade (ainsi que les représentants des autres associations) y sont allés un jour à l’avance pour achever les derniers préparatifs sur place (dont les visites de courtoisie chez les autorités locales et la confirmation des différentes participations).

Réalisation

Dans la matinée

Vers 8 heures du matin du 20 avril 2018, le projet « Initiatives Océanes » à Mahanoro a commencé par une introduction informative (et partiellement ludique) au sujet de la pollution environnementale. Vers 10 heures jusqu'à 11 heures, les participants se sont d’abord mis à débarrasser une partie de la plage municipale des déchets biodégradables. Puis, ce fut le tour des déchets non-biodégradables. Après la fin du nettoyage jusqu'à 11 heures et 30 minutes, les organisateurs ont distribué du sirop et du jus (gracieusement offerts par les membres de l’Office régional du tourisme de Tamatave, la branche de Mahanoro, et organisés par sa Vice- présidente, Mme. Sylvie GABRO) et quelques photos de groupes ont été prises afin de faciliter la remémoration de l'événement. À la fin, les différents participants ont été remerciés sous un élan d'autosatisfaction d'un travail bien accompli.

photo sensibilisation initiative oceanes

Au moment de la campagne de sensibilisation audio-visuelle


Après-midi

La séance de l’après-midi a ensuite été consacrée à la démonstration de l’un des multiples types de recyclage du plastique : la fabrication d’un pavé à base des déchets plastiques ramassés durant la matinée, et du sable. À cet effet, nous avions invité un jeune entrepreneur de Tamatave dans ce domaine, Monsieur MORAVELO Charles, pour mener la démonstration. La séance fut notamment suivie par une demi-douzaine de collégiens du Collège FJKM de la ville.

photo sensibilisation initiative oceanes

Au moment de la séance de production d’un pavé en plastique/sable dirigé par Charles Moravelo


Suivez-nous


EXTRAIT EN PHOTO

Les résultats obtenus durant le projet initiatives océanes 2018 peuvent être résumés, comme suit:

  • environ 210 personnes y ont participé (dont environ 180 collégiens et écoliers de la ville de Mahanoro) ;
  • environ 1 mètre cube de déchets non-biodégradables (constitués à 85-90% de plastique) a pu être ramassé par les participants au cours de l'événement ;
  • à peu près 300 mètres de plage et de bord d'eau ont été nettoyés au cours de l'événement (les bois et d'autres déchets biodégradables ont été enlevés pour la plupart) ;
  • grâce aux subventions et dons multiples (la salle d’œuvre de l’ECAR, un logement pour deux nuits de la part d’Eden Lodge, etc.), l'ONG Jade a pu réduire ses dépenses pour subvenir aux besoins logistiques et communicationnels du projet. Ainsi, Jade a déboursé 1.295.210 MGA, une somme qui corresponde à environ 332 € (pour un cours d'échange moyennement pondéré à 3900 MGA/1 € pour la période de mars/avril 2018), à cet effet.
  • L’ensemble du projet a engendré des coûts équivalant à la somme de 1.449.200 MGA (soit 362,30 € avec un cours d’échange pondéré à 1 € = 4.000 MGA pour la ladite période). La PAF des 11 participants externes et les avances non remboursables des 2 autres (qui se sont désistés au dernier moment) en ont porté à eux-seuls près de 55 % des frais, soit 790.000 MGA (soit 197,50 €). Le rajout initialement prévu à cet effet de 500.000 MGA (soit 125 €) s’est montré insuffisant par rapport aux dépensés engagés, à titre d’imprévus. Ainsi, l’ONG Jade a dû y rajouter 159.200 MGA (soit 39,89 €) pour combler les trous financiers.

Tous les participants, à savoir les enfants, leurs accompagnateurs ainsi que les différentes associations, ont globalement déclaré d'avoir été satisfaits du déroulement des « Initiatives Océanes » 2018. En accord avec les écoles de la ville et les autorités municipales, ils ont vivement souhaité que le projet se reproduira dans les années à venir et qu'il prendra davantage de l'ampleur. Du côté de l'ONG Jade, on se dit également satisfait du déroulement de l'événement et on projette de l'étendre encore à d'autres endroits sur la côte Est de Madagascar. Après Toamasina (en 2009, 2010, 2011, 2012, 2014 et 2015) et Fénerive-Est (en 2016) qui sont tous les deux des agglomérations urbaines plus ou moins importantes, l'ONG compte davantage apporter le message du danger grandissant du plastique à des endroits plus reculés, tels Foulpointe (en 2013), Vatomandry (en 2017) et Mahanoro (en 2018).

Activités relatives

Activités récentes

Deuxième Conférence sur le Programme Vogny
Deuxième conference sur Vogny
Première conférence sur le Programme Vogny
Première conférence vongy conference sur Vogny
Open days 2019
open days 2019
IOT (Internet of things) bootcamp
Photo formation en Maison connecte
Scolarisation 2019
scolarisation en 2019
Colloque sur le Digital
classe verte 2019